-



INSPIRATION ET LA MOTIVATION A ÉCRIRE " CICATRICES "...


Depuis le mois de Mai j'écris des Cicatrices, celles d'une jeune fille de banlieue qui a grandi dans la violence et ne cesse de se demander comment elle ne peut être violente. Elle nous fait part de ses cicatrices physiques et de ses blessures mentales. Des cicatrices qu'on lui a infligées, des cicatrices qu'elle a données et des cicatrices qu'elle a reçues. A chaque blessure sa cicatrice. J'ai essayé de faire une histoire à la fois très bouleversante, drôle et pleine d'émotions. Je me suis inspirée de mon entourage et des situations auxquelles j'ai pu faire face, en approfondissant le comportement des gens autour de soi et des différentes relations possibles entre les parents et les conséquences qu'elles peuvent avoir sur un enfant. Je parle aussi de la banlieue, je ne parle pas de la banlieue négativement ni positivement. Je parle de la banlieue telle qu'elle est, avec ses avantages et ses inconvénients, ses richesses et sa pauvreté, des gens biens et des gens pas biens.
J'ai pris un réel plaisir à écrire cette histoire. Je me suis vraiment glissée dans la peau de cette jeune fille.
Puis la deuxième nouvelle raconte l'histoire d'une mère sans cœur.  Sa fille a été violée et elle n'a pas réagi, du moins pas comme une mère devrait le faire. Elle a rejeté sa fille en hurlant sa honte et sa douleur devant un viol. Pour elle, c'est la faute de la fille si elle a été violée, ce qui n'est pas normal du tout. Dans beaucoup de pays, cela fait parti des coutumes. Les femmes qui se font violer subissent de nombreuses tortures, comme si elles avaient choisi de se faire humilier et de perdre leur virginité. En écrivant cette histoire, j'ai dénoncé ce comportement mais par le point de vue de la mère qui explique ce comportement inhumain.
La dernière nouvelle raconte celle d'un handicapé. Elle se passe en deux temps. Je me mets d'abord dans la peau d'une femme qui a découvert sa meilleure amie et son mari dans son lit. Ce soir-là elle était tellement choquée qu'elle est allée dans un bar, pour boire. Pourtant elle n'avait jamais touché à l'alcool, après avoir bu, elle a pris sa voiture. Elle pensait qu'elle allait oublier ses problèmes mais elle a oublié de freiner et a fauché un jeune homme. Puis je me mets dans la peau du jeune homme de dix-sept ans qui devient handicapé du jour au lendemain, sans rien comprendre. Il nous fait part de l'injustice qui lui est faite et la rencontre qui va chambouler sa vie.
Je pense souvent aux personnes handicapés et je me demande ce qu'elles peuvent bien ressentir et à quel point cela doit être dur pour elles. J'ai aussi voulu faire réagir les personnes qui n'ont pas de problèmes pour nous dire qu'il faut profiter de notre santé avant notre maladie, de notre jeunesse avant notre vieillesse, de notre vie avant notre mort car tout peut arriver du jour au lendemain.



Commentaires
Zone de commentaires




Assistant de création de site fourni par  Vistaprint